ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2005 DU CONSEIL REGIONAL

Lors de la séance plénière du CESR du 6 décembre, ont été éxaminées les orientations budgétaires 2005 du Conseil Régional.
samedi 11 décembre 2004
popularité : 5%

En documents joints, vous trouverez les interventions de la FSU sur deux autres points à l’ordre du jour :
- une étude du CESR sur les conditions de travail en Bretagne
- sur le projet de politique linguistique en faveur du breton et du gallo.
Ci-dessous, l’intervention de la FSU sur les orientations budgétaires 2005 de la Région.

Intervention de Jean Luc LE GUELLEC - FSU -
06 12 04

La FSU partage l’analyse faite sur le contexte peu favorable « marqué à la fois par de larges contraintes et par de larges incertitudes ». Nous trouvons, entre autre, dans les explications sur le coût induit par le transfert des personnels TOS, au-delà des moyens qui seront probablement transférés par l’Etat, une raison supplémentaire de notre opposition à la décentralisation en cours.
Nous considérons comme légitime le projet d’augmentation des impôts dans la mesure où l’accroissement de la fiscalité correspond à des besoins sociaux bien identifiés mais nous sommes défavorables au recours à la fiscalité indirecte socialement injuste. De ce point de vue, nous souscrivons à l’idée que la TIPP est une mauvaise solution qui est, de plus, anti-écologique.
Nous partageons le plus grand nombre des priorités politiques affichées mais pour que ces choix soient conformes à nos valeurs progressistes, il manque, pour certaines d’entre elles, des explicitations :
-  sur les dépenses de fonctionnement et d’investissement pour les lycées, nous considérons qu’il faut donner la priorité au service public et laïque d’éducation. Le projet d’orientations budgétaires exprime la volonté de combler le retard de la région dans de nombreux domaines au regard de la moyenne des régions de France. Il en est un où le retard est criant, c’est celui des dépenses par lycéen du public. Pour le combler, il faudrait revoir les critères d’affectation des dotations aux EPLE, ce qui ne semble pas être prévu.
-  l’effort fait pour l’aide à l’achat des manuels scolaires va dans le bon sens mais nous redisons que pour atteindre la gratuité effective et réduire, à terme, le coût pour la Région, la méthode de la dotation aux établissements, méthode choisie par de nombreuses régions, est de loin préférable au chèque livre ou à la carte à puce.
-  « développer le sport en région et contribuer à l’épanouissement de la jeunesse » est certes une bonne orientation mais nous sommes inquiets de l’absence de référence à l’éducation physique et sportive dans le cadre scolaire. Nous pensons que le Conseil régional doit se porter maître d’œuvre pour la construction ou la rénovation de gymnases ou de piscines là où les autres collectivités sont défaillantes. C’est particulièrement vrai pour les lycées professionnels sous dotés en matière d’équipements sportifs. Sur cette question, nous n’avions pas réussi à convaincre l’ancienne majorité, nous avions cru trouver un écho plus favorable avec la nouvelle : nous attendons confirmation par la prise en compte du plan d’urgence que nous avons présenté.

Il y a une priorité avec laquelle nous sommes en désaccord, c’est celle qui consiste à « favoriser l’apprentissage ». Que la Région assume ses responsabilités en la matière est une chose, qu’elle en fasse une priorité, en est une autre. Le projet de loi d’orientation Fillon et le plan Borloo convergent vers l’objectif de faire sortir le plus tôt possible, dès la 5éme, les jeunes de milieux populaires vers l’apprentissage. Il s’agit, derrière un masque généreux, d’organiser le tri social. Les sociologues ont bien montré que plus on offre des choix d’orientation de façon précoce, plus on accentue les inégalités sociales. Nous osons espérer que la nouvelle majorité du conseil régional n’accompagnera pas une telle régression.

Le Rectorat travaille actuellement sur le plan d’évolution des formations (PEF), la FSU se félicite que la Région ait refusé la proposition du Rectorat de constituer un comité de pilotage commun Rectorat - Région sur ce PEF. Elle aurait, en effet, été complice des énormes dégâts qui s’annoncent. Mercredi dernier nous avons appris la facture pour les collèges et lycées publics de Bretagne : 600 emplois en moins à la rentrée prochaine, ce qui porte à 1 000 emplois en moins sur deux ans. Cette fois, plusieurs établissements sont promis à la fermeture. Face à cette folie dévastatrice, nous n’avons d’autres recours que l’action : c’est pourquoi le second degré public sera en grève demain.


Documents joints

Intervention de R Le Fanic sur le rapport sur (...)
Intervention de R Le Fanic sur la politique (...)

Contact

FSU Bretagne
14, rue Papu
35000 RENNES


Téléphone : 06 78 39 72 68
Contact :
fsu.bretagne@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois