Rentrée scolaire : c’est aussi pour les jeunes migrants !

Communiqué national de la FSU
vendredi 25 août 2017
popularité : 4%

A la veille de la rentrée scolaire, et alors que sur notre territoire la situation faite aux droits fondamentaux des migrants fait l’objet de nombreuses condamnations, la FSU s’inquiète tout particulièrement de l’accès à l’éducation et des poursuites d’études des enfants et jeunes migrants.

Vous lirez ci-dessous le communiqué national de la FSU.


Rentrée scolaire : c’est aussi pour les jeunes migrants !

Les Lilas le 24 août 2017

A la veille de la rentrée scolaire, la FSU s’inquiète des conditions de vie faites aux migrants et des garanties de leurs droits particulièrement en ce qui concerne celui de l’éducation et des poursuites d’études. Elle rappelle qu’aujourd’hui un migrant sur deux est un enfant ou un jeune. En France, en vertu du principe inscrit dans la Convention internationale des droits de l’enfant, rappelé dans le Code de l’Éducation, l’éducation est un droit pour tous les jeunes qui sont sur son territoire.

La FSU est particulièrement attachée à ce droit pour tous les jeunes. C’est un devoir de justice, d’égalité et de liberté pour notre société que de leur offrir la possibilité de se construire un avenir.

C’est pourquoi, avec nombre d’organisations syndicales et associations, elle agit avec détermination auprès du ministère de l’Education nationale pour que ce droit à l’éducation soit garanti par des scolarisations ou des formations effectives.

La FSU rappelle aussi que l’Etat ne doit pas empêcher les migrants d’accéder aux démarches élémentaires auxquelles ils-elles ont droit mais qu’il revient à l’État d’héberger et d’accompagner les demandeurs d’asile sans compter sur des associations ou des citoyens pour endosser ce devoir humain. Et bien évidemment encore moins de les poursuivre lorsqu’ils s’en chargent à sa place !
Ainsi, elle dénonce la décision de la cour d’appel d’Aix-en-Provence qui a condamné Cédric Herrou à 8 mois de prison avec sursis alors qu’il n’a fait qu’apporter son aide à des personnes, parmi lesquelles des enfants, en grande détresse. Elle partage avec lui l’idée qu’il revient bien au "citoyen en démocratie d’agir quand il y a une défaillance de l’État".
La FSU demande l’arrêt des poursuites à son encontre et la suppression du délit de solidarité.

Le gouvernement, avec l’ensemble des pays de l’Union européenne, doit décider et mettre en œuvre des politiques d’accueil dignes pour toutes et tous les migrants, respecter leurs droits et assurer leur sécurité. Il s’agit aussi de ne pas laisser chacun des États seuls face à de telles situations qui concernent l’ensemble des états de l’Union européenne ni de mettre en œuvre ce qui s’apparente à un verrouillage des frontières. C’est là un enjeu majeur pour les démocraties.


Contact

FSU Bretagne
14, rue Papu
35000 RENNES


Téléphone : 06 78 39 72 68
Contact :
fsu.bretagne@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

8 novembre 2016 - renouvellement du CFR le 8 novembre 2016

La FSU Bretagne procède actuellement aux opérations de renouvellement de sa composition. Le (...)

1er juillet 2015 - SECRETARIAT DU CFR FSU BRETAGNE

Le secrétariat du conseil fédéral régional de la FSU Bretagne est composé comme suit :
Jean-Marc (...)